1. Meba Gangsta CANAL ROLAND TCHAKOUNTE 4:07
  2. Extrait concert ROLANDTCHAKOUNTE 10:59
  3. Roland Tchakounte - ( teaser ) - The African Shuffle Blues CANAL ROLAND TCHAKOUNTE 5:06
  4. Roland Tchakounte - ( Live) "Meden Mbibou" (2015 New album ) CANAL ROLAND TCHAKOUNTE 5:55
  5. ROLAND TCHAKOUNTE- LIVE AT NEW MORNING PARIS - Official video 2015 CANAL ROLAND TCHAKOUNTE 5:40
  6. Roland TCHAKOUNTE "Hum Hum" en septet - TV - oct 2010 Catherine Marie 4:28
  7. Ngueme & Smiling Blues Roland Tchakounte 4:24
  8. Melena Roland Tchakounte 4:42
  9. ROLAND TCHAKOUNTE & CHIKA ASAMOTO - Rainy Night- LIVE AT NEW MORNING PARIS CANAL ROLAND TCHAKOUNTE 12:12
  10. Meba Gangsta CANAL ROLAND TCHAKOUNTE 4:07

Lyrics

If you have ghost
ROLAND TCHAKOUNTÉ

NDONI

À mesure que la planète, portée par la globalisation, s’enflammait pour les musiques du monde, nombre d’artistes ont tenté de mettre en lumière les passerelles reliant le blues et l’Afrique. Si ces créateurs ont échoué dans leur immense majorité, le plus souvent parce qu’ils s’évertuaient à établir des cousinages artificiels entre le Premier Continent et sa diaspora américaine, deux artistes font exception à la règle : le grand Taj Mahal, pour avoir su instaurer un échange équitable entre la note bleue et les complaintes du Mali ou de Zanzibar, au lieu de surfer sur des racines communes perdues depuis longtemps ; et Roland Tchakounté, parce qu’il a eu l’intelligence de comprendre que l’héritage commun de l’Afrique et du blues n’était pas sa grammaire, mais son âme.

Depuis une décennie, ce guitariste et chanteur d’origine camerounaise raconte le quotidien troublé de son continent natal avec une poésie farouche, proche de celle qui habitait Charlie Patton, Son House ou Robert Johnson dans le Vieux Sud de la Dépression. Habité par la musique de sa langue natale, le bamiléké, Tchakounté possède le pouvoir de toucher au plus profond ceux qui l’écoutent en appuyant ses narrations musicales sur son expérience personnelle : l’exode rural vécu dans l’arrachement par ce fils de petit paysan des environs de Douala, aîné d’une famille de huit enfants ; les frustrations liées à la découverte de la brutalité du monde urbain dans le ghetto de New Bell ; l’émigration, enfin, dans des conditions évocatrices du sort des boat people.

Comme le note avec justesse l’intéressé : « Ce que je chante dans mes chansons relève de la même histoire que celle des pionniers du blues, déracinés des plantations du Delta et projetés dans la violence du ghetto. » Ce constat l’aura dirigé tout naturellement vers la musique du Mississippi, découverte par l’intermédiaire de John Lee Hooker il y a une décennie. En l’espace de trois albums, Tchakounté s’est forgé depuis un destin de griot africain en proposant un répertoire très personnel qui lui a permis de se produire devant les publics les plus éclectiques, au Chicago Blues Festival comme au Paris Jazz Festival en passant par Montréal et les grandes manifestations consacrées à la world music.

Fort du succès, commercial et critique, de son enregistrement précédent, Roland Tchakounté élargit encore son audience avec ce « Ndoni », véritable roman en douze chapitres où se mêlent riffs bleus et senteurs africaines dans une atmosphère que leur auteur voudrait plus légère. « Je ne suis pas quelqu’un de triste, affirme-t-il. Je suis même un optimiste, mais l’optimisme, ce n’est pas la fuite. C’est au contraire regarder en face la réalité de l’existence, sans se mentir à soi-même et sans mentir aux autres. C’est ce que je m’applique à faire avec ma musique, en sachant que le meilleur moyen de dépasser la souffrance est encore de l’exprimer. »

Cette philosophie de la catharsis, celle-là même qui confère au blues son universalité depuis un siècle, se trouve au cœur de ce nouvel opus ouvert sur le monde : « Mon idée était de créer cette fois un répertoire capable de refléter le sens de la fête propre à l’Afrique, en allant puiser dans l’énergie magique des sonorités venues du blues et du rock. » Cette diversité se ressent dans le contraste entre l’ambiance électrique de Fang Am, la composition qui ouvre les premières mesures de ce road movie, et un Kemen feutré dans lequel on perçoit en filigrane les mélodies peuls qui ont marqué l’enfance de Roland. À mesure que se poursuit ce voyage onirique à travers l’Afrique et le Delta, sont évoqués le sort doux amer du Premier Continent (Farafina et Bouden Ndjabou), et plus généralement les méandres des sentiments universels qui nous animent et nous font vibrer, au-delà de la diversité des cultures humaines. Mais s’il cherche à comprendre les raisons invisibles de la souffrance (Mbak Tchan Yogsou Kidi), de la solitude (Adendja et Lana) ou de la peur (Chuboula), Roland Tchakounté dévoile également une facette inédite de sa personnalité en célébrant la force rédemptrice du sourire (Smile), le pouvoir de la liberté (Me Den Mbwoga) et la puissance de l’espoir (Anetchana).

Ce besoin d’apaisement se fait sans concession, dans la conscience que l’avenir de l’Afrique doit s’écrire au présent, et non se rêver au futur. À cet égard, le titre de cet album est sans ambiguïté. « Ndoni, dans ma langue, signifie ‘maintenant’, explique l’auteur. Pour moi, il ne doit pas s’agir d’une utopie, mais d’une clé de démarrage. À force de remettre sa révolution à demain, l’Afrique s’enfonce. À nous de la réveiller. » En apportant une contribution passionnée à cet objectif, cet album magnifique mérite tout notre respect

Nocturnal me

If you have ghosts, you have everything
If you have ghosts, you have everything
You can say anything you want
And you can do anything you want to do
If you have ghosts, you have everything

One never does that
One never does that
You can call it surprise, there it is
And a part of it is me
One never does that

In the night I am real
In the night I am real
The moon to the left is a part of my thoughts
And a part of me is me
Forever is the wind
In the night I am real

Missionary Man

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

Available on:

Spotify iTunes Amazon YouTube Music Add to cart

NDONI

Release Date : 9 octobre 2019
Artist : Kristy Singh
Catalog ref. : 004123
Format : Vinyl

Pour moi, il ne doit pas s’agir d’une utopie, mais d’une clé de démarrage. À force de remettre sa révolution à demain, l’Afrique s’enfonce. À nous de la réveiller. » En apportant une contribution passionnée à cet objectif, cet album magnifique mérite tout notre respect.